Que retenir de la scène d’hypnose dans Get Out?

Attention SPOILIER 



Alors, je sais, j’arrive après la guerre !

J’ai décidé de commenter le film Get Out près d’un an après sa sortie au cinéma. Mais ça fait des semaines que ce film me travaille et j’ai eu envie de vous partager mon avis.

J‘ai fait mes recherches et j’ai lu plusieurs critiques du film sans jamais trouver ma propre interprétation de la scène la plus terrifiante du film. La fameuse scène d’hypnose : quand Chris se retrouve dans le ‘Sunken Place’.

Le ‘Sunken Place’ qui se traduit par ‘le lieu émergé’ en français, c’est un endroit où on est incapable de bouger, où on voit le monde à travers une fenêtre sans pouvoir agir.

C’est dans cette fameuse scène que sa belle-mère arrive à prendre contrôle de son cerveau. Cette scène est particulièrement terrifiante non pas parce qu’elle est effrayante mais parce qu’elle nous rappelle le manque ‘d’agency’ des afro-américains aux Etats-Unis.

Lorsque la belle-mère de Chris l’hypnotise, elle prononce la phrase :

“You can’t move. You’re paralyzed,” … “Just like that day when you did nothing. You did nothing. Now … sink into the floor. Sink.”

Le réalisateur du film a d’ailleurs mis sur son Twitter la phrase avec un commentaire très explicite.

Alors que représente cette fameuse ‘agency’ dont manque cruellement les Afro-américains ?

L’agency peut se définir comme la faculté d’action d’un être. Que ce soit sa capacité à agir sur le monde, les choses, les êtres, à les transformer ou les influencer. C’est donc une forme de pouvoir, la possibilité de prendre des décisions et de prendre son avenir ( et celui de sa communauté) en mains.

Dans le film, Chris n’arrive pas à prendre en mains sa vie et à agir lui-même. Il est bloqué dans ce système.

Dans ce tweet, le réalisateur met en avant la surreprésentation des Noirs incarcérés dans les prisons américaines. Mais on peut lier cet espace émergé avec plusieurs phénomènes : la brutalité policière, le taux de chômage élevé, la pauvreté, les maladies physique et mentales…

Tous ces problèmes sont des vestiges de l’esclavage qui sont les symboles du racisme systémique aux Etats-Unis aujourd’hui. Et il est difficile pour les Afro-Américains d’avoir un impact sur ce système.

L’aliénation après l’hypnose

Je pense qu’il y a une deuxième métaphore très importante qui n’a pas été mise en avant : celle de l’aliénation qui survient juste après hypnose.

Dans le film, on voit que tous les Noirs de cette ville adoptent un comportement ‘ de Blancs’ très étrange et on apprendra plus tard dans le film pourquoi.

La Belle-mère de Chris, qui est thérapeute va à travers ses séances d’hypnose rendre les Noirs plus dociles, faire en sorte qu’ils adoptent une certaine attitude, une manière de penser, d’être et de s’habiller…Ça va même plus loin que l’hypnose, car les Noirs vont également être lobotomisés.

Ils subissent une lobotomie qui va leur faire perdre connaissance et altérer leur mémoire et la conscience qu’ils ont d’eux-mêmes.

Je pense qu’on peut lier ça à la perte d’identité des Afro-Américains arrivés aux USA. Une acculturation à tous les niveaux : perte de la langue que parlaient leurs ancêtres, leurs rites, leurs religions… Mais pas que…

On peut également voir cette lobotomie comme une métaphore de l’aliénation des Noirs. Car à force d’être influencés par les médias, les Noirs se voient via un filtre : le filtre de la société occidentale. Ils se voient à travers la représentation que les Blancs se font d’eux.

Cette aliénation passe évidemment par une dévalorisation de leurs propres capacités, une image déformée de soi-même passant par des tentatives permanentes d’altération physique : éclaircissement de la peau, défrisage des cheveux….

C’est une aliénation qui prend plusieurs formes : on peut essayer de se conformer/ de s’intégrer à un système qui par définition nous rejette. Ou alors, adopter des stratégies de survie, comme par exemple, en choisissant des partenaires blancs (comme l’illustre le film Get Out).

Pour conclure, ce film est un chef d’œuvre. Chaque choix artistique et chaque phrase ont une signification particulière qu’il conviendrait d’analyser.

Je pense que c’est un film qui tombe à pic, dans une période où les questions liées à la race comme construction sociale sont de plus en plus débattues.

Dans le film, le réalisateur parle des Afro-Américains mais je pense que tous les Noirs vivant comme minorité dans un pays se sentiront touchés par ce film magnifique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s