“Durant mon accouchement, personne ne voulait m’entendre.” 

J’ai toujours eu très peur de donner la vie.

Non seulement parce que la culture populaire montre une image très négative de l’accouchement, mais aussi parce qu’accoucher lorsqu’on est une femme noire n’est pas anodin. 
Aujourd’hui encore, mettre au monde un enfant dans des pays qui ont des infrastructures faibles est une vraie prise de risque. “810 femmes décèdent chaque jour dans le monde durant la grossesse ou l’accouchement. Et environ 7.000 nouveau-nés meurent chaque jour dans le monde, soit 47% de tous les décès d’enfants de moins de 5 ans. »

Mais être noire et donner la vie en Europe n’est pas une sinécure. Un rapport anglais démontre que les femmes noires ont 4 fois plus de risques de mourir lors d’un accouchement que les femmes blanches. 
Ces chiffres ne sont pas sans rappeler les statistiques inquiétantes qui ont été publiées durant l’épidémie de coronavirus. En France, les personnes nées à l’étranger avaient 2 fois plus de chances de mourir du covid 19 l’année dernière. Les journalistes s’attardent sur des aspects sociologiques (comorbidité, accès au soin, assurance…) pour expliquer ces disparités. Pourtant, ces critères n’expliquent pas tout. Le syndrome méditerranéen est probablement responsable d’une partie de ces décès. 

Le syndrome méditerranéen, qu’est-ce que c’est ? 

« Ce terme désigne un comportement d’exagération des symptômes de la part d’un patient et ce, du fait de ses origines et de sa culture. » Ce syndrome crée une prise en charge moins bonne et moins rapide des patients lors d’une urgence médicale. A cause des stéréotypes, le personnel soignant pensera que le malade exagère ses symptômes et ne lui prêtera pas assez d’attention.

En lisant ces articles, j’ai directement pensé à mon amie Tryphène qui a accouché il y a 4 ans.
Elle a eu des difficultés pour se faire entendre à l’hôpital. 

“J’ai vraiment vécu une super grossesse. Je n’avais pas de nausées, je n’étais pas fatiguée et au contraire, je trouvais ça chouette de porter une vie en moi. Les échographies se sont bien passées. Je n’ai pas eu de soucis jusqu’à l’accouchement. 

Normalement, un accouchement dure en moyenne de 7 à 15 heures. Mais moi, j’ai accouché 4 heures après le début du travail. C’est probablement ce qui a perturbé le personnel médical. 

Durant mon accouchement, personne ne voulait m’entendre. Pourtant, je sentais que le bébé arrivait. On m’a dit que je fabulais et que ce n’était pas encore le moment. Mais je connaissais mon corps. Je savais que l’accouchement était imminent. Les infirmières me disaient même de ne pas pousser. Pour moi, c’était totalement contre-intuitif.

L’autre problème, c’était la péridurale. J’ai eu mal très rapidement. Je pensais que lorsqu’on demandait la péridurale, on la recevait directement. Mais non, j’ai dû attendre 3 heures avant de recevoir la péridurale. L’anesthésiste a pris le temps de manger, de prendre son café… 

J’étais stressée parce qu’après 3 heures, j’avais déjà très mal. Elle ne m’écoutait pas et ça n’arrangeait pas la situation. C’est à force d’insister qu’ils ont décidé de vérifier où en était mon bébé. Elles ont vérifié et le bébé était déjà là.

Je n’ai pas eu une bonne expérience. Ce que je n’ai pas aimé, c’était le manque d’écoute. Certes, il y a des statistiques et des généralités, mais je savais ce qu’il se passait dans mon corps.
Ça aurait pu mettre l’enfant en danger. Si je n’avais pas insisté, mon bébé aurait pu rester là pendant longtemps et manquer d’air. 

À force d’insister, la sage-femme a fait un toucher vaginal et elle a vu que mon col était ouvert à 3 cm. Elles ne s’y attendaient pas. »

des symptomes qui collent à la peau
Médor

Comment vois-tu les choses maintenant, avec le recul? 

« En y allant, je partais confiante mais c’était une erreur. Les médecins et les infirmiers sont compétents car ils ont fait des études, mais ils ne savent pas tout pour autant. Il ne faut pas les croire aveuglément, car il y a beaucoup de préjugés. En fin de compte, ce sont des humains qui sont en face. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s