“Ce n’est pas un procès équitable mais une pièce de théâtre” Carine Kanimba

Héro ou terroriste ?

Le 26 janvier prochain, démarrera le procès de Paul Rusesabagina à Kigali, au Rwanda.
Au mois d’octobre, je m’entretenais avec sa fille Carine Kanimba pour savoir dans quelles circonstances Paul a été kidnappé à Dubaï.

Paul Rusesabagina est surtout connu pour le film Hôtel Rwanda, qui raconte son rôle héroïque lors du génocide contre les Tutsis de 1994. 

L’ancien manager de l’Hôtel des 1000 collines est devenu belge, après avoir demandé l’asile politique dans les années 90. Grâce au succès du film Hôtel Rwanda, il a acquis une renommée internationale et il est devenu conférencier à temps-plein.

Très vite après la sortie du film, Paul Rusesabagina est devenu une cible du président Paul Kagamé à cause de ses nombreuses critiques envers le régime de Kigali.
A la fin du mois d’août 2020, alors qu’il pensait se rendre à une conférence au Burundi, il a atterri au Rwanda et s’est fait arrêter par les autorités locales. Ses avocats et sa famille accusent le gouvernement rwandais de l’avoir kidnappé.
Aujourd’hui, celui qui a sauvé plus de 1200 personnes lors du génocide rwandais, se retrouve sur le banc des accusés pour terrorisme et meurtre. 

Plusieurs charges sont retenues contre lui. Il est, entre-autres, accusé d’avoir financé un groupe rebelle qui aurait causé 2 attaques terroristes au Rwanda en 2018

Des ambitions politiques

Rusesabagina a présidé le MRCD (mouvement rwandais pour le changement démocratique) lors d’une présidence tournante en 2018. Le MRCD est une coalition de partis politiques de Rwandais vivant en exil.
L’objectif de cette coalition est de rassembler tous les partis politiques se trouvant à l’extérieur du Rwanda afin de promouvoir la démocratie au Rwanda. Au sein de ce mouvement, il existe plusieurs partis et l’un d’entre eux possède une branche armée nommée : le Front pour la Libération Nationale. Le FLN est la branche armée du CRND, l’un des nombreux partis faisant partie de la coalition présidée par Paul. Le FLN est le principal accusé et pour le président rwandais, la responsabilité du FLN est incontestable. Rusesabagina est donc accusé de terrorisme à cause de son mandat de président du MRCD.

Selon Carine Kanimba (la fille adoptive de Paul), les attaques terroristes de 2018 auraient été planifiées par le gouvernement rwandais lui-même. (ndlr : Les false flag operation sont des actions menées avec utilisation des marques de reconnaissance de l’ennemi.). “Tout de suite après les attaques, le FLN a déclaré ne pas être responsable de ces attaques. Le FLN est un groupe militaire qui se défend des attaques du gouvernement rwandais dans l’est du Congo mais ce n’est pas un groupe terroriste.”C.Kanimba

Depuis plusieurs années, le gouvernement de Kigali accuse Paul Rusesabagina de différents crimes mais il n’a jamais réussi à convaincre les autres pays de procéder à une extradition légale par manque de preuves.  D’ailleurs, aucun des pays via lesquels Rusesebagina a transité n’a admis avoir aidé le Rwanda à l’arrêter. C’est tout le contraire des premières déclarations faites par les autorités rwandaises. “Les autorités de Dubaï ont confirmé qu’il n’y avait pas de mandat international contre lui. Ils ont confirmé qu’ils n’avaient rien à voir avec son arrestation et ils se sont distanciés du Rwanda.”Kanimba

Pour Carine Kanimba, l’innocence de son père ne fait aucun doute et elle nous explique où en est l’enquête dans cette interview.

  1. Votre avocat a affirmé qu’il fallait “arrêter les murmures diplomatiques avec la Belgique”. Et vous avez été très sévère avec la Belgique dans “De Standard”. Comment se passe vos relations avec la Belgique ?

« Depuis le début, on est très patient avec les autorités belges car nous avons besoin de soutien. Mais on se rend compte que parler diplomatiquement ne fonctionne pas. Ils n’entreprennent pas assez d’actions pour aider leur concitoyen. 

Notre avocat, Maitre Vincent Lurquin, n’hésite pas à pointer du doigt l’inaction du gouvernement belge. Et personnellement, je n’ai eu aucun problème à dénoncer les mensonges de la ministre des Affaires étrangères au Parlement Fédéral. Mentir à nous c’est une chose mais mentir au Parlement c’est autre chose. Je l’ai fait car je veux donner l’occasion aux parlementaires de poser des questions à Sophie Wilmès. Car à chaque fois que quelqu’un lui pose une question à ce sujet, elle dit : “Monsieur Rusesabagina a reçu ses médicaments, on suit de très près tout ce qui se passe.” Mais ce n’est pas du tout vrai. Je voulais couper court à ce refrain. Pour l’instant, ses droits sont bafoués. Pourtant, c’est la responsabilité de la ministre des affaires étrangère de veiller à ce qu’il reçoive ses médicaments et ça fait partie de ses droits. »

  1. Vous souhaitiez au départ que votre père soit libre avant le début du procès. Où en êtes-vous ?

« Notre position a toujours été la même : il ne devrait pas y avoir de procès car un procès ne commence pas par un kidnapping. Pour nous, tout ça c’est du théâtre. Ce n’est pas un procès légitime.

De plus, si un procès doit avoir lieu, il ne devrait pas commencer le 26 janvier car ce ne serait pas équitable. Papa n’a pas encore pu lire tout son acte d’accusation, il ne sait pas de quoi on l’accuse exactement.  Le Rwanda a imposé deux faux avocats durant les 3 premiers mois de détention et il n’a pas eu le temps de préparer sa défense car ses faux avocats n’étaient pas là pour défendre ses intérêts. Nous avons toute une équipe d’avocats qui a tenté de se rendre au Rwanda pour le défendre mais nos demandes ont été niées. Seul l’avocat rwandais Maitre Gatera a enfin été accepté. Mais l’avocat qu’on a choisi n’a pas eu le temps de préparer sa défense car on a perdu beaucoup de temps. A cause du covid, il n’a pu lui rendre visite que 3 fois.

Il n’a pas accès à ses médicaments, on lui confisque des documents privilégiés, il a été kidnappé, comment est-ce qu’il pourrait y avoir un procès equitable?
Le dossier est complexe et les accusations sont très graves, donc, donner accès à un seul avocat ne suffit pas.Au vu de toutes les inconsistances et toutes les violations des droits de l’homme, le procès ne peut pas avoir lieu le 26 janvier.
Si le juge refuse de repousser le procès, ce sera la preuve qu’il ne s’agit pas d’un procès équitable mais d’une pièce de théâtre. « 

  1. Jusqu’à présent, il y avait assez peu de couverture médiatique en Belgique, comment de Standard t’a contactée ?

« En Europe, on a eu une trentaine d’articles après la conférence de presse sur la plainte déposée en Belgique.
Le journaliste de “de Standard” avait interviewé papa en 2004 et il a suivi le parcours de papa depuis l’époque où il était chauffeur taxi à Bruxelles. Il semble, qu’il n’était pas ou courant de cette affaire ou alors, que ce n’était pas une priorité médiatique. J’espère qu’il y aura plus de journalistes qui s’intéresseront à ce dossier grâce à cet article.

Par contre, mon oncle a pris le soin d’appeler la RTBF en leur demandant pourquoi ils ne parlaient pas du dossier et ils ont répondu que c’était un dossier diplomatique et que pour l’instant, ils attendaient avant d’en parler. Alors, soit ils s’en fichent complètement, soit ils ont reçu des directives du gouvernement belge. »

  1. Votre papa réside aux Etats-Unis. Vous recevez plus de soutien des Américains ? 

« Il y a une transition politique pour le moment donc, c’est compliqué. Mais on continue de recevoir un soutien américain important.  La congresswoman Maloney a écrit une lettre directement au gouvernement de Paul Kagame. Il y a une pression diplomatique et politique importante. »

  1. Pouvez-vous m’en dire plus au sujet de la plainte contre X que vous avez déposé en Belgique ?

« En tant que victime de l’enlèvement de notre père, on porte plainte contre X afin que les policiers puissent enquêter et déterminer ce qui s’est passé. On essaie de comprendre qui a collaboré au kidnapping.  

En Belgique, il y a un problème de juridiction par rapport au lieu de l’infraction. L’enlèvement s’est passé à Dubaï et non en Belgique. On a donc eu beaucoup d’hésitations sur la meilleure manière de poursuivre Gainjet, le jet privé utilisé pour le kidnapping. Mais en dehors de la compagnie d’aviation, il y a des personnes qui seraient impliquées dans cet enlèvement, dont des personnes qui auraient potentiellement la nationalité belge. Notre père a mentionné le nom d’un pasteur d’origine burundaise, mais ayant la nationalité belge. On veut donc ouvrir une enquête à ce sujet. 

On a également porté plainte aux Etats-Unis en parallèle contre la compagnie d’aviation. On a aussi porté plainte à la cour de l’Afrique de l’est contre l’état de Paul Kagame pour l’enlèvement.
L’idée c’est de mettre des points de pressions partout afin de pouvoir enquêter et amener devant la justice toutes les personnes qui sont derrière ce kidnapping.

On a une grande équipe d’avocats et chaque avocat a une spécialité et a sa propre utilité dans l’équipe. Il nous fallait un avocat rwandais mais aussi des avocats extérieurs, qui ne puissent pas être menacés par le régime. »

  1. Peux-tu me parler de la récolte de fonds que vous organisez pour la défense de votre père ? 

 « Les gens se trompent souvent quand ils pensent que nous avons énormément d’argent. Papa a pu gagner sa vie grâce aux opportunités liées au film mais il n’a pas gagné de gros cachets comme les acteurs du film.

On utilise les ressources de la famille pour tout ce qu’on fait actuellement mais on a besoin de beaucoup de fonds. On fait face à un état qui a des ressources illimitées et qui est prêt à les utiliser au maximum pour nous attaquer publiquement et sur les réseaux sociaux. 

Ils nous mettent des bâtons dans les roues en empêchant mon père d’avoir accès aux avocats dont il a besoin.  L’une des stratégies du gouvernement rwandais, c’est de ruiner financièrement les familles des opposants politiques. On essaie de récolter des fonds pour nous aider à maintenir la pression.

On a beaucoup de poids sur nos épaules et on essaie d’exposer les crimes de Kagame avec des ressources très limitées, mais c’est très compliqué. C’est pour cette raison qu’on récolte des fonds pour payer sa défense et gagner cette bataille internationale. »

Vous pouvez verser un don pour soutenir la famille sur la : Cagnotte Legal Aid

Pour en savoir plus et rester informé.e :

https://www.facebook.com/FreePaulRusesabagina/

https://www.instagram.com/freerusesabagina/

Un avis sur ““Ce n’est pas un procès équitable mais une pièce de théâtre” Carine Kanimba

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s